top of page

Au delà du poids : comment la grossophobie impacte notre santé.

Je vous propose quelques réflexions sur comment la stigmatisation liée au poids contribue fortement à construire une mauvaise santé.


Stigmatisation : Dénoncer, critiquer, blâmer quelqu'un ou un acte que l'on juge moralement condamnable ou répréhensible. La stigmatisation réfère aux attitudes, croyances ou comportements négatifs à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur situation personnelle. Elle inclut la discrimination, les préjugés, le jugement et les stéréotypes,


Groupe de filles sportives avec diversité corporelle


  1. La honte et ses effets métaboliques : La recherche(1) montre que la stigmatisation chronique liée à notre poids, c'est à dire le sentiment de honte face à son poids ou son apparence physique, est un facteur de risque plus important que la nourriture que nous mangeons : en effet cette honte chronique entraine un stress chronique responsable d'une dérégulation du système physiologique général entrainant alors des dérégulation du métabolisme des lipides, du glucose et de l'inflammation.

  2. Diagnostic biaisé et traitement inapproprié : Les personnes en surpoids ou obésité sont souvent confrontées à des biais de la part des professionnels de santé qui attribuent tous leurs problèmes de santé à leur poids. Par exemple, un patient en surpoids ou obèse se plaignant de douleurs articulaires ou de problèmes digestifs, peut se voir conseiller de perdre du poids avant de recevoir un traitement approprié pour son problème spécifique. Cela peut retarder le diagnostic et le traitement des véritables problèmes de santé.

  3. Manque de sensibilité et de soutien : Parfois, des professionnels de santé peuvent manquer de sensibilité lorsqu'ils abordent des questions liées au poids. Des commentaires désobligeants ou des conseils simplistes du type "il vous suffit de manger moins et de bouger plus" peuvent être perçus comme stigmatisants et ensuite décourager les personnes de rechercher de l'aide médicale.

  4. Accès limité aux environnements favorables à la santé : La stigmatisation du poids peut également se manifester par des obstacles concrets tels que des espaces publics non adaptés aux personnes de grande taille, des chaises ou équipements inconfortables dans les lieux publics et les transports en commun. Ces obstacles peuvent rendre difficile l'accès à des environnements favorables à la santé tels que les établissements de santé, les salles de sport, les piscines, ....

  5. Peur du jugement et de la discrimination : Les personnes en proie à une honte de leur poids ou de leur image corporelle ont peur d'être jugées ou discriminées lorsqu'elles tentent de participer à des activités physiques en public ou de faire de l'exercice à l'extérieur. Cette peur peut les dissuader de s'engager dans ces activités, limitant ainsi leurs possibilités d'activité physique et de lien social.

  6. Stratégies d'adaptation néfastes : Pour faire face à la stigmatisation, à la honte certaines personnes peuvent adopter des stratégies d'adaptation néfastes telles que des régimes extrêmes, des pratiques alimentaires restrictives ou des comportements d'évitement des situations sociales. Ces stratégies sont contre-productives pour la santé globale et ne favorisent pas un mode de vie sain. On sait notamment que l'effet yoyo des régimes est un facteur indépendant du diabète de type 2 ou bien encore que le lien social et communautaire est un facteur de réduction des risques des maladies métaboliques.

  7. Estime de soi et image corporelle négatives : La stigmatisation et les préjugés associés au poids entraînent une baisse de l'estime de soi et une image corporelle négative chez les personnes touchées. Ces sentiments peuvent réduire la motivation à prendre soin de soi et à adopter des comportements sains.

  8. Effets sur la santé mentale : La stigmatisation du poids peut contribuer au développement de troubles mentaux tels que l'anxiété et la dépression. Ces problèmes de santé mentale peuvent à leur tour affecter la capacité d'une personne à prendre des décisions saines pour elles-même.


Nous ne devrions pas faire honte aux personnes qui ont des corps en dehors des normes sociales et des idéaux. La diversité corporelle est inhérente aux humains. Et pour les personnes qui disent : "Oui mais et la santé ?" Nous savons maintenant que le poids seul n'est pas un indicateur de santé. Il y a des personnes de poids normal qui ont des résultats d'analyse sanguine anormales ou des maladies chroniques et des personnes avec un poids au-dessus de la normale et en parfaite santé.


Pour surmonter ces défis, il est crucial de sensibiliser davantage sur les effets néfastes de la stigmatisation liée au poids et de promouvoir un environnement inclusif et respectueux. Les professionnels de la santé, les décideurs politiques et la société dans son ensemble doivent travailler ensemble pour éliminer les préjugés, améliorer l'accès aux ressources et créer des espaces sûrs et accueillants pour tous, indépendamment du poids ou de l'apparence physique.



1.Vadiveloo, M., & Mattei, J. (2017). Perceived Weight Discrimination and 10-Year Risk of Allostatic Load Among US Adults. Annals of behavioral medicine : a publication of the Society of Behavioral Medicine, 51(1), 94–104.



10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page